Peintures

Description du tableau de Matthias Grunewald "Autel d'Isengheim"

Description du tableau de Matthias Grunewald


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Matthias Grunewald, un Allemand de naissance, le dernier représentant de la peinture gothique du Nord, qui a créé plusieurs chefs-d'œuvre dans sa courte vie (peut-être qu'il y avait beaucoup plus de peintures, mais très peu ont survécu à ce jour), il considérait à juste titre l'autel d'Isengheim comme son œuvre principale.

Le travail a été commandé par les moines de l'ordre le plus pauvre, dont l'activité principale était la guérison des malades. Ce chef-d'œuvre a été écrit, vraisemblablement, au début du XVIe siècle.

Au centre même de la composition, nous voyons Jésus-Christ crucifié, à travers lequel coule le sang. En Christ lui-même, il n'y a, en principe, aucune déviation par rapport aux canons, à l'exception peut-être des mains aux doigts si largement écartés qu'il est impossible de ne pas être horrifié par les tourments et les tourments du Seigneur.

En plus de Jésus, le centre représente la Mère du Christ dans une robe blanche, tombant sans sentiments de la souffrance de son fils. Elle est soutenue par l'apôtre bien-aimé de Christ Jean, qui déverse toute douleur sur la Mère de Dieu (lui seul ne regarde pas le crucifié). Également à genoux, levant les mains, Marie-Madeleine prie. De l'autre côté de Jésus se trouve Jean-Baptiste.

Au moment de l'assassinat du Christ, Jean était déjà décapité, mais sur la photo, il est représenté vivant. Ainsi, l'artiste montre que Jean est toujours le prédécesseur du Christ, le berger, qui a amené les «moutons» à la foi (comme en témoigne l'agneau debout à côté du Baptiste, tenant une petite croix).

Les mêmes personnages, à l'exception de Jean-Baptiste, sont représentés sur la ceinture inférieure, montrant le deuil du Seigneur bien-aimé et le déposant dans un cercueil.

Sur les côtés de la scène centrale, nous voyons les saints Antoine et Sébastien. Le premier était le saint patron de l'ordre, qui commanda l'autel de Grunewald. Le second était le saint patron des médecins, et puisque les moines étaient engagés dans la guérison, Saint Sébastien était leur saint patron.

Anthony se tient dans des robes rouge-bleu, tient un bâton témoignant du pouvoir et regarde au loin, sans prêter attention au petit diable près de la fenêtre essayant de tenter le saint.

Sebastian, un ancien martyr de la foi, en plus d'autres brimades, a été impitoyablement transpercé par des flèches. Il est percé et représenté sur ce chef-d'œuvre.





Masaccio Miracle avec Statier


Voir la vidéo: ARTH 4007 Matthias Grünewald Mathias Gothart Neithart (Mai 2022).